Geolocalisez-moi
pour avoir les idées de sortie les plus proches
Culture Top

Découvrir notre territoire… avec les oreilles !

Aujourd’hui la tendance est à la consommation responsable et locale. Circuits courts, restaurants locavores et bières brassées dans les quatre coins de la métropole, nos habitudes évoluent. Mais pourquoi s’arrêter à l’alimentation quand le champ des possibles du « consommer local » est immense ? Tendez l’oreille !

par Nicolas Martin

le 27/09/2018

@NicoMartinBx

Ainsi, à Bordeaux par exemple, notre scène musicale est particulièrement vivace et ce depuis longtemps.

En ces temps de vaches maigres pour nos artistes qui doivent notamment faire face à la montée en puissance des sites de streaming très peu rémunérateurs, ne serait-il pas temps de favoriser aussi notre production musicale locale ?

Enfin, ce qui est vrai à Bordeaux est vrai partout ailleurs : écouter local c’est découvrir un territoire avec ses oreilles, c’est s’immerger dans l’ambiance de la ville qui nous accueille.

Alors, après les locavores, que vivent les locaphones !

crédit : lights from attic

Écouter local

Voici 5 bonnes raisons de favoriser le circuit court musical

1. Sans chauvinisme aucun, nous avons une scène hors pair, grâce aux efforts conjugués de la Rock School Barbey, du Krakatoa, de Rock et Chansons, du Rocher de Palmer, mais aussi de nombreux labels, collectifs, clubs et associations.

2. Aider nos artistes à tout simplement vivre de leur métier, en allant les écouter sur scène, en leur achetant un CD ou en téléchargeant un album payant

3. Découvrir de nouveaux talents, et ils sont nombreux !

4. Contribuer au rayonnement de notre ville, plus nous serons nombreux à écouter nos artistes, plus ils pourront également rayonner à l’extérieur, car c’est bien connu, le succès attire le succès ;

5. Réduire notre empreinte carbone, un groupe qui joue dans sa ville consomme évidemment beaucoup moins d’énergie que s’il vient de loin ;

LA TOURNÉE DU PATRON

Et pour clôturer ce billet, j’offre ma tournée ! Voici ma propre playlist locale, que je revendique 100% subjective.

I Am Stramgram - Underwater tank

Un type bourré de talent, capable de jouer sur scène avec des lutins ou un vélocibatteur, voilà Vincent Jouffroy avec sa pop lunatique telle qu’il la décrit lui-même.

Une imagination débordante et un sacré mélodiste que j’adore. Reste comme tu es Vincent, tu as un humour de fennec mais ça te va tellement bien !

Blackbird Hill - Hot food powder blues

Un duo d’enfer, écouter Blackbird Hill c’est foncer dans le bayou, c’est retrouver le son graisseux de notre Little Bob national, c’est avoir une irrésistible envie de monter sur une Harley et de foncer sur la Route 66. Bref Blackbird Hill c’est du blues, et du très bon. Je regrette le départ d’Alex, mais je fais confiance à Maxime avec son nouveau compère Théo pour poursuivre l’aventure. On the road again les garçons.

crédit : I Amstramgram

Au pays des matins calmes - Lame de fond

Allan Sainsain est un Musicien avec un grand M.

Pour l’avoir vu plusieurs fois sur scène avec sa bande, Ulrich, Clément et Kevin, il nous sert un rock hypnotique, nerveux, mais aussi très mélodique, et des histoires qui invitent au voyage.

Les garçons, persévérez, vous avez un talent incroyable !

Julien Pras - Divine spark

Chaque fois que j’écoute Julien Pras me vient l’envie de me rouler dans un champ de fraises, allez savoir pourquoi.

Tel un scarabée mutant qu’on croirait venu de Liverpool, Julien déroule des mélodies ciselées, aériennes, avec toute l’élégance à la bordelaise qui le caractérise.

photo : Bertrand Lafarge

Moloch / Monolyth

Encore une pépite de la scène bordelaise, embarquée autour de Michaël, qui lui-même se partage entre plusieurs projets, Equipe de Foot, I Am Stramgram parfois et donc Moloch / Monolyth.

Et une prise de position assumée quand on leur demande leurs influences :

« En fait on n'écoute pas de la musique française mais de la musique de Bordeaux ».

Tiens tiens, des locaphones avant l’heure ?

A call at Nausicaa - Lapin

Un son différent, la virtuosité de musiciens classiques, et enfin un groupe avec des filles à Bordeaux, emmenées par Jean Grillet, également connu sous le nom de « Chien Noir ».

Un peu de douceur dans ce monde de brutes, enfin…

photo : Rod Maurice

Romain Humeau - Quixote

Véritable monument d’engagement et d’intégrité, Romain est pour moi le véritable « taulier » du rock indépendant français.

Une démarche sans concession, que ce soit en solo ou avec Eiffel, il est allé au bout de sa démarche en créant son propre label, SEED BOMBS Music.

Des textes engagés, des guitares qui résonnent, une batterie qui claque, bref, le Rock, Majuscule…

Noir Désir - The Holy Economic War

Un souvenir, un Jour à Bordeaux, 14 juin 1997, 28.000 personnes dans les friches situées à l’arrière de l’ancienne Gare d’Orléans.

10 ans avant l’arrivée de Darwin, la Rive Droite revivait. Et ce morceau, Bertrand hurlant sa colère debout sur le mur d’enceintes…  Alors soyons désinvoltes !

crédit : Romain Humeau

Dätcha Mandala - Uncommon travel

Des artisans du rock, un son et une voix très « zeppeliniens » et une énergie scénique repérée par les plus grands, n’est-ce pas Louis Bertignac ;-)

Alors longue vie à ce « Power trio de Heavy Blues Psychédélique à tendance rock spatial et cosmique ». Nicolas, Jean Baptiste, Jérémy, surtout ne lâchez rien ! Photo : Pierre Wetzel

Cocoon

Produit auvergnat d’importation, implanté depuis quelques années dans l’Entre-Deux-Mers, Mark Daumail incarne si bien l’élégance à la bordelaise qu’on pourrait le croire né dans le Port de la Lune.

Pas étonnant qu’il s’y sente bien,  sa musique incarne à merveille les vibrations et la douceur de notre terroir girondin, et Welcome Home, l’album de l’installation chez nous, est juste une pure merveille.

Lysistrata - The Thread

Le véritable choc de ces dernières années c’est eux. Venus de Saintes, Ben, Max et Théo envoient du gros son avec autant d’assurance que s’ils arrivaient de Glasgow ou de Seattle, sans aucun complexe. Et ça marche !

Une maturité incroyable pour leur jeune âge, de solides références musicales, et une vraie capacité à synthétiser différentes branches du rock.

De futurs très grands, mais non en fait, ils le sont déjà !

Cette sélection n’est bien sûr pas exhaustive, il en manque beaucoup, et non des moindres, Odezenne, JC Satan, Talisco, et aussi toute la scène de musique électronique dont je suis moins proche, Nortnord par exemple.

Dätcha Mandala - crédit : Pierre Wetzel

Et pour conclure une petite incursion dans un territoire voisin du nôtre qui mérite lui aussi d’être découvert avec les oreilles, notamment pour découvrir les belles sonorités de sa langue millénaire, l’Euskara.

Berri Txarrak, Infrasoiunak

Dans la lignée de Kortatu et Negu Gorriak, qui ont donné l’impulsion au rock alternatif basque, les navarrais de Berri Txarrak constituent aujourd’hui le groupe le plus emblématique d’Egoalde. Leur rock nerveux et efficace est aujourd’hui reconnu à l’international, et ce n’est que justice tant leur talent est grand.

Peio Serbielle, Ziburutik zarara

Peio, tu es un de ceux qui sait le mieux faire vibrer cette belle langue basque, et ce n’est pas par hasard si tu t’es imposé à l’époque parmi les figures iconiques de la « World Music ». À travers tes créations, c’est tout un monde qui résonne. Milesker, laster arte !

Mikel Urdangarin, Baratze bat

Né en Biscaye et vivant à Vitoria, Mikel Urdangarin est l’incarnation de la vivacité culturelle de l’Euskara au Pays Basque Sud. Des textes ciselés, des mélodies subtiles, tout à la fois entraînantes et calmes, et cette voix chaude qui fait voyager.

Pauline & Juliette, Memoriak

Dans une playlist très masculine Pauline & Juliette, c’est la bouffée d’air frais et de douceur qui nous vient du Labourd pour clôturer cette sélection. Une folk acoustique qui fait du bien…

La playlist complète

crédit : Phil Gondas

Vous allez aimer

visite Chaban-Delmas Bordeaux
Culture Rencontre

Chaban-Delmas, de la statue à l’homme

Pierre Le Franc est Jacques Chaban Delmas. L’espace de quelques visites, il suit ses pas et incarne celui qui fut maire de 1947 à 1995, entrant dans le...

4 min de lecture

En panne d'inspiration ?

Laissez-vous guider...