Organiser & réserver une escapade
Programme du week-end
Micro-aventures, rando & vélo
Visites guidées et excursions
Une œuvre, un musée – Une mandibule pour l’histoire !
Mâchoire de Tartarocyon et interview de son découvreur et donateur
5 min de lecture

Une œuvre, un musée – Une mandibule pour l’histoire !

Chaque mois, Un Air de Bordeaux s’arrête sur une œuvre. Les Musées de la ville nous ouvrent leurs portes et à travers les yeux d’un expert vous découvrirez tous leurs secrets. Vous pensiez connaître nos musées comme votre poche ? Suivez-nous, vous serez surpris !

Cette publication n’aura certes pas fait la Une du JT et pourtant nous savons au moins depuis le 15 juin qu’un prédateur géant – et de quelques quintaux – vivait dans les Pyrénées il y a 12 millions d’années ! Il est un maillon manquant de la chaine du vivant, une pièce unique. La mandibule a livré son secret quelques trente ans après sa découverte par un paléontologue amateur. Ne passez pas à côté de ce spécimen rare qui se situe au sous-sol, sous le parvis du Muséum de Bordeaux – sciences et nature. L’objet presque anodin raconte le monde, il est un livre ouvert dans lequel les scientifiques vont feuilleter longtemps encore…

par Henry Clemens

publié le 11 juillet 2022

modifié le 02 août 2022

Collectionner la nature ? Ah bon ?

Cette pièce unique est présentée dans le cadre d’une exposition temporaire qui interroge sur les collections d’histoire naturelle. Le point d’interrogation est bien entendu important car l’exposition pose en préambule la question du pourquoi on continue à constituer des collections d’histoire naturelle ? Un titre qui tout sauf anecdotique questionne avec acuité – et pédagogie – l’intérêt de ces collections et leurs usages dans l’actualité.
Au-delà de la nécessaire amélioration des connaissances, on mesure bien vite le vecteur pédagogique de sensibilisation aux menaces qui pèsent sur l’histoire naturelle et la préservation de la biodiversité. C’est en tout cas ce que nous dit avec force le Muséum de Bordeaux.

Enfants, courrez vite voir cette exposition qui, on est en droit de l’espérer, fera de l’un d’entre vous un paléontologue qui continuera à enrichir les collections par le biais de missions scientifiques. Un scientifique qui à son tour réexaminera les collections existantes avec des méthodologies, un regard nouveaux pour en tirer d’autres informations. Rebattant les cartes et bousculant les certitudes derrières lesquelles aucun scientifique, est-on en droit de penser, ne se cache.

Museum de Bordeaux @Denny Navarra

Des collectionneurs préhistoriques

Avec Laurent Charles, chargé de collections, de l’inventaire et de la documentation historique des collections, nous passons en revue la genèse des collections : des boites à pierres « précieuses » des enfants aux collectionneurs « vitrine » qui exposent, ou au contraire « placard » qui cachent jalousement leurs trésors de la vue des gens. On sera surpris de voir que les premières collections remontent au paléolithique – visibles ici à travers l’incroyable collection d’objets constituée par des hommes préhistoriques, prêtée par le Musée national de préhistoire des Eyzies, dont deux dents de requins. Des objets sans trace d’usage quelconque, nous dit Laurent Charles, ramenés avec une intentionnalité de collection. Qu’on ne s’y trompe pas, les collections d’histoire naturelle sont extrêmement variées, allant des animaux naturalisés, aux insectes ou aux os en passant par les coquillages. Le Crocodile de Graves est un spécimen qui remonte à 1750, soit aux origines des collections du Muséum. L’animal sombre et terriblement vivant est d’une inestimable valeur scientifique car il a été décrit comme une nouvelle espèce.

Mâchoire de Tartarocyon et interview de son découvreur et donateur

L’amateur et le Tartarocyon

L’exposition s’attache enfin à montrer les apports d’institutionnels ou de particuliers et revient sur leur intégration dans les collections du Muséum de Bordeaux – pour rappel ce dernier possède un million de spécimens, dont 3000 à 4000 sont exposés. L’insigne mâchoire inférieure du Tartarocyon (1) s’inscrit dans cette démarche. Le fossile a en effet été trouvé en 1993 par Jean-François Lesport, un paléontologue amateur qui l’a donné au Muséum de Bordeaux – sciences et nature pour y être conservé et accessible à la communauté scientifique et au public. Le 15 juin 2022 (30 ans plus tard !) une publication scientifique révèlera que cette mandibule provient d’un nouveau genre et d’une nouvelle espèce de grand mammifère carnivore nommé Tartarocyon cazanavei, qui vivait dans le piémont pyrénéen il y a plus de 12 millions d’années ! Coup de tonnerre, dans le (petit) Landerneau de la paléontologie.

Les trois dents d’une mâchoire inférieure...

Le paléontologue amateur, qui cherchait des coquillages fossilisés, identifie bien une mandibule d’un carnivore, encore fallait-il savoir de quel type de carnivore. C’est l’étude, en collaboration avec une équipe internationale de paléontologues spécialisés, de l’espacement et de l’emplacement des dents qui a révélé qu’il s’agit bien d’un animal de la famille des amphicyonidés. Un chien-ours géant de près de 200 kilogrammes.

La dent a orienté les chercheurs vers le fait qu’ils se trouvaient bien devant une nouvelle espèce, précise Laurent Charles. La morphologie et les dimensions de cette dernière la distingue bien des autres dents de ce groupe là des amphicyonidés. Cette révélation est d’autant plus importante que la famille des amphicyonidés est complètement éteinte aujourd’hui... Laurent Charles ajoute qu’on doit considérer ce carnivore de Sallespisse comme une brique incontournable de cette grande famille qui servira encore pour la connaissance des amphicyonidés.

En paléontologie, Bordeaux joue soudain en ligue un.

Le temps d’une publication, Bordeaux est certes devenu un point rouge clignotant sur la carte mondiale de la confrérie des (rares) paléontologues mais cette découverte met également en avant qu’il est important de trouver des fossiles mais tout aussi primordial de faire connaitre et de transmettre grâce à des publications et grâce à leur intégration dans les collections publiques.

Un futur possible pour les amphicyonidés ?

Cette mandibule – un os isolé – qui a été trouvée dans des sédiments marins littoraux de sables argileux assez fins est étonnamment bien conservée. On aimerait croire que des études pourront encore être envisagées sur la structure microchimique des dents par exemple... A l’aune de nouvelles techniques, de nouvelles connaissances, cette mandibule, qui sait, fera alors l’objet d’un réexamen à l’image du lézard, dont le crâne a été scanné et comparé avec des espèces proches, permettant de le décrire en 2021 comme une nouvelle espèce de Guadeloupe disparue aujourd’hui : le Léiocéphale roquet (2) ! Qu’on se le dise, ces collections riches et diverses de spécimens sont d’importance pour les chercheurs d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
Enfants, courrez y, adultes emboitez leur le pas et redevenez le paléontologue ou le naturaliste en culotte courte le temps de cette formidable exposition.

COLLECTIONNER LA NATURE ?
Jusqu’au 5 septembre 2022

Muséum de Bordeaux - Sciences et Nature
5 place Bardineau - 33000 Bordeaux
Accueil : 05 24 57 65 30 - 05 56 48 29 86

museum-bordeaux.fr

(1) L’article complet sur la description du tartarocyon (en anglais) : Solé F., Lesport J.-F., Heitz A. & Mennecart B., 2022. A new gigantic carnivore (Carnivora, Amphicyonidae) from the late middle Miocene of France. PeerJ tartarocyon

(2) Publication : Bochaton C., Charles L. & Lenoble A., 2021. Historical and fossil evidence of an extinct endemic species of Leiocephalus (Squamata: Leiocephalidae) from the Guadeloupe Islands. Zootaxa, Vol. 4927 No. 3. Lézard de Guadeloupe

Collectionner la nature ? Exposition du Muséum de Bordeaux

Nos derniers articles

Rejoignez la communauté !

Vous avez la bougeotte le week-end et soif d’aventures toute l’année ? Restons en contact ! Chaque semaine, on vous envoie les meilleures idées pour voyager ici !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

*Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Un Air de Bordeaux. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.