Geolocalisez-moi
pour avoir les idées de sortie les plus proches
Culture À voir

Bordeaux de place en place

Partout en Europe, des petits villages aux capitales, les places, autrefois hauts lieux du pouvoir et de la vie marchande, sont le symbole de notre passé et le cœur du vivre ensemble… Aujourd’hui encore elles font l’humanité de nos fourmilières, nous rassemblent, et on y sent battre le cœur d’une identité partagée. La longue histoire de Bordeaux a semé la ville de places : anciens centres du pouvoir politique, économique ou religieux, humbles places de marché… Elles restent toutes plus charmantes les unes que les autres. N’attendez plus et allez découvrir Bordeaux de place en place !

par Méline Engerbeau

le 10/10/2019

meline.engerbeau

melilne

melilne

Stalingrad – Contempler Bordeaux avant d’y plonger.

Point d’appui du pont de pierre sur la rive droite, la Place Stalingrad contemple avec recul l’ancien Bordeaux de la rive gauche, comme le Lion monumental de Xavier Weilhan qui la garde et semble prêt à traverser le fleuve. Centre névralgique des cars venus de toute la Gironde, c’est un lieu en mouvement, dont le pouls bat au rythme des passages du tram qui déverse ou engloutit des piétons… Les vélos et trottinettes filent, on trace, on passe. On s’y pose « en attendant ». On s’y donne rendez-vous entre ados avant de prendre le chemin du collège…

Entourée des premiers commerces de proximité de la Bastide et de quelques terrasses accueillantes, devenues calmes avec la fermeture du pont au trafic automobile, c’est la place des rendez-vous. Quelque chose y commence : une virée ailleurs en Gironde, une tranquille soirée chez soi, ou une aventure en ville ? Traversons !

Photo : Gilles Avrine

Place du Palais  - Entrer dans le vieux Bordeaux par la « porte du caillou »

Rendez-vous à la porte Cailhau, construite au XVe siècle, et autrefois principale entrée de la ville depuis le port, qui n’avait pas les quais longilignes qu’on lui connaît, mais un quai en pente douce, pavé en cailloux de rivière…D’où le nom de Porte « Cailhau », « caillou » en gascon. Elle donnait accès au Palais de l’Ombrière, résidence moyenâgeuse des Ducs d’Aquitaine aujourd’hui disparue, qui nous a laissé la place du Palais !

Place du Palais et la porte Cailhau à Bordeaux Photo : Nicolas Duffaure

Longtemps engluée dans le stationnement et la circulation automobile, la place a connu une totale renaissance en 2009 pour nous faire redécouvrir sa forme triangulaire singulière, soulignée d’œuvres d’art urbain très prisés des enfants, et laisser fleurir les terrasses de restaurants. Loin d’être aujourd’hui un accès majeur à la ville, elle est devenu un joyau piétonnier calme et convivial, un peu à l’écart des itinéraires, où l’on prend vite ses habitudes…

Place du palais à Bordeaux Photo : Vincent Bengold

Place Fernand Lafargue - Se faire une place au cœur de la hype

À un jet de pierre de la Place du Palais, si vous aimez le mouvement et l’air du temps, rendez-vous Place Fernand Lafargue. Autrefois Place du Vieux Marché, entourée d’étals, elle a toujours eu une vocation populaire, y compris l’exécution des peines de pilori ! Rénovée en 2004, la place-parking sans âme qu’elle était devenue s’est transformée en une place festive et branchée à l’identité bohème affirmée.

Place Fernand Lafargue à Bordeaux Photo : Gilles Avrine

De nouveaux commerces et établissements séduisants n’ont cessé de fleurir dans ses environs, et avec eux les passants et les convives… Pour déjeuner, pour une glace, pour dîner ou pour un dernier verre, elle vous tend les bras à toute heure. Bonus sur notre itinéraire : en faisant quelques pas le long de la très branchée rue Saint James, vous pourrez découvrir la Grosse Cloche, joyau hérité des anciens remparts de la ville. En option un peu plus loin, s’il n’y a plus de places aux terrasses, rendez-vous Place Camille Jullian, sa ravissante grande sœur !

Place Fernand Lafargue à Bordeaux photo : Gilles Avrine

Place Saint Michel - Bordeaux vu de haut, Bordeaux venu de loin

Ancien faubourg de pêcheurs puis quartier artisan qui a développé sa propre culture, le quartier Saint Michel se blottit autour de sa basilique gothique, dont le clocher en campanile, dit « la flèche », domine tout Bordeaux. La place qui l’entoure, on l’appelle « Saint Michel » tout court, et bien malin qui se souvient qu’elle s’appelle en réalité Place Canteloup. C’est toute l’histoire cosmopolite de Bordeaux qui s’y raconte, avec sa tradition d’accueil de l’immigration étrangère dès le début du XIXe siècle.

En terrasse place saint-michel à Bordeaux Photo : Nicolas Duffaure

Aujourd’hui, suite à sa rénovation, les terrasses confortables s’y multiplient. On peut s’inquiéter que le quartier se gentrifie, bien sûr… Mais cette place reste un enfant sauvage né de toutes les nationalités, résistante à toute domestication, qui se couvre chaque matin de marchés ébouriffés (bazar et tissus le lundi, alimentaire le samedi, fripes et brocantes les autres jours, particulièrement le dimanche).

C’est un bonheur de chineurs, et on y boit les meilleurs thés à la menthe de l’Ouest ! En point d’orgue, si vous en avez le temps, poussez le long de la rue Camille Sauvageau pour découvrir la ravissante et très ancienne église Sainte Croix en sirotant un café au calme sous les platanes de la Place Pierre Renaudel (… mais demandez la Place Sainte Croix !).

Les marchés et brocantes place saint-michel Photo : Gilles Avrine

Place de la Victoire - Quartiers de jeunesse

La Place de la Victoire offre comme Stalingrad un carrefour d’accès qui fait d’elle une vaste porte vers le centre-ville piétonnier. Une porte au sens propre, matérialisée par la porte d’Aquitaine, bâtie en 1753 en hommage au Duc d’Aquitaine, qui conduit nos pas vers la rue Sainte Catherine.

C’est en 1918, suite à la première guerre, que la place Saint Julien a pris le nom de Victoire. Totalement redessinée en 2005, elle assume ses lignes minérales, soulignées par l’obélisque hommage à la vigne et au vin du sculpteur Ivan Theimer, flanqué de ses tortues de bronze qu’on ne résiste pas à tapoter au passage.

 

Place de la Victoire à Bordeaux Photo : Gilles Avrine

« La Victoire », autrefois centre névralgique du quartier des universités comme en témoigne la façade de l’ancienne faculté de médecine, est restée la place de la jeunesse : tablées lycéennes en journée, sorties étudiantes le soir, déjeuners sur le pouce d’un hamburger ou d’un kebab… À la Victoire, on refait le monde !

À noter, un marché de bouquinistes chaque vendredi de 7h à 18h, et un pied de vigne (oui, UN !), vénérable bicentenaire rescapé du petit vignoble planté là au XVIIIe siècle par la famille Duverger, habitants de la place. Il est toujours vendangé chaque année et produit une dizaine de bouteilles !

Photo : Clément Pamelard

Place Pey Berland - Le retour aux sources

C’est le cœur de Bordeaux qui bat ici depuis plus de deux millénaires, comme en témoignent les vestiges du rempart gallo-romain régulièrement mis au jour lors des phases de travaux. La place se distribue autour de la cathédrale Saint André, église de l’archevêché, consacrée par le pape en 1096, qui a accueilli quelques mariages royaux, dont ceux d’Aliénor d’Aquitaine ou de Louis XIII…

Après la visite de la cathédrale, ne manquez pas de monter à la tour, couronnée de son emblématique Vierge à l’enfant. C’est Pey Berland, nom gascon de l’archevêque Pierre Berland, élu en 1430, qui la fit élever. Et c’est l’un de ses successeurs, Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan, qui fit construire sur la place sa résidence, le Palais Rohan, en 1771.

 

Cathédrale Saint-André place Pey Berland à Bordeaux Photo : Nicolas Duffaure

Le palais devint ensuite tribunal révolutionnaire, préfecture napoléonienne, palais impérial, palais royal… et enfin en 1835 la mairie de Bordeaux que nous connaissons ! Une statue de bronze de Jacques Chaban Delmas, qui l’a occupée durant 48 ans, a d’ailleurs été érigée face à son entrée. Palais Rohan et Cathédrale dominent la personnalité de cette place très ensoleillée, où il fait bon boire un verre en contemplant les siècles, ou faire une pause culture au milieu du shopping

Cathédrale Saint-André à Bordeaux place Pey-Berland Photo : Nicolas Duffaure

Place de la Comédie et place des Quinconces - Carrefour des rêves de luxe et des joies populaires

À l’extrémité nord du centre piétonnier, ces places qui se jouxtent sont celles de tous les contrastes. Place de la Comédie, à l’orée du « Triangle d’or » emblématique du luxe, entre la façade somptueuse du Grand Théâtre et les terrasses élégantes des tables les plus gastronomiques de la ville, des skaters débraillés exécutent des figures au pied des horloges.

Quelques amis jouent de la guitare sur les marches du Grand Théâtre. Les accros du shopping passent, les bras chargés de sacs.

Le Grand Théâtre de Bordeaux place de la Comédie Photo : Steve Le Clech

Les badauds et touristes s’arrêtent pour admirer l’équilibre architectural, la colonne des Quinconces qui se dessine dans la perspective, et sont chassés par le tram qui doit ralentir et actionner sa cloche pour dégager ses rails…

Aux Quinconces, on rejoint les grandes manifestations populaires saisonnières : brocantes, spectacles de cirque, fêtes foraines, à deux pas de la programmation culturelle pointue du Grand Théâtre. Ici plus qu’ailleurs, toutes les générations et les populations se croisent, avec le sentiment que ce décor somptueux né au XVIIIe siècle, incarnation du luxe à la française, nous appartient à tous.

Allées de tourny et place des Quinconces à Bordeaux Photo : Steve Le Clech

Place du Marché des Chartrons - Une place de village à l’écart du tumulte

Le quartier des Chartrons commence place des Quinconces et s’étend jusqu’aux bassins à flot. Dès le XVIIe siècle, les négociants en vin étrangers (allemands, flamands, irlandais…) rejetés du centre choisissent de s’y établir et d’y fonder leurs florissantes entreprises. C’est la naissance d’une ville dans la ville, à la fois zone d’activités économiques et village de la bourgeoisie commerciale. Déserté après-guerre, le quartier retrouve au tournant des années 2000 sa population dynamique et aisée, à une époque où on ajoute le qualificatif de « bohème » à celui de « bourgeois ».

Photo : Nicolas Duffaure

Une nouvelle identité se développe, les anciens chais deviennent des lofts, les commerces se raffinent, l’écologie imprègne la nouveauté… Aujourd’hui la place du marché est toujours au cœur du « village » ; la halle est devenue espace culturel, les restaurants ont étendu leurs terrasses, l’amitié, la famille, la proximité imprègnent les échanges, les rires et le tintement des verres. A ne pas rater, l’un des plus anciens commerces de la place, la Librairie Olympique, qui mérite des majuscules au titre de Librairie Indépendante, avec sa vitrine d’un autre âge et sa sélection pointue de merveilles littéraires.

Halles des Chartrons à Bordeaux Photo : Nicolas Duffaure

Place du Parlement - Une douceur de vivre qui traverse les siècles

En revenant vers le centre-ville et les quais, ne manquons pas la visite de l’enchanteuse Place du Parlement, toute de pierres blondes. C’est comme si les hautes façades classiques à mascarons qui font le charme des quais s’étaient rassemblées en carré autour d’une fontaine ! Place du Marché Royal à sa création au XVIIe siècle, elle devient Place du Marché de la Liberté à la révolution, puis Place du Parlement en 1848, en hommage à la deuxième république. Ses noms successifs n’ont pas été effacés de la pierre, ouvrez l’œil !

 

Photo : BCB

La fontaine de style baroque y est arrivée en 1866 : la plupart du temps, un enfant ravi est en train d’y tremper les mains sous l’œil de ses parents attablés en terrasse… C’est la place de la douceur de vivre, des afterworks de semaine, des goûters du samedi et des brunchs du dimanche. La preuve en une place que les bordelais savent vivre et ne manquent pas de goût pour la déco… Ne manquez pas non plus la place Saint Pierre à une encablure et la rue du Pas Saint Georges qui y conduit : elles vous infusent le même art de ralentir pour savourer l’instant.

Place Saint-Pierre à Bordeaux Photo : Nicolas Duffaure

Place de La Bourse - It’s selfie time !

Bordeaux a sa fontaine de Trévi, devenue l’incontournable des selfies ! Lorsque depuis la place du Parlement, vous arrivez Place de la Bourse, c’est d’abord sa spectaculaire fontaine aux Trois Grâces qui se révèle… Et sans doute un couple ou une famille s’y prenant en photo en souvenir de Bordeaux. Devant vous, de l’autre côté de la rue, voici le désormais célèbre Miroir d’eau, que vous découvrirez brumeux ou brillant, totalement désert ou couvert de visiteurs selon le jour et l’heure. Si ce n’est pas une place, cette installation urbaine en a gagné toutes les fonctions de loisir et de rassemblement. C’est la première place aquatique du monde !

Place de la Bourse à Bordeaux Photo : Guillaume Flandre

Voici le moment de vous retourner pour découvrir dans votre dos le panorama à couper le souffle de la Place de la Bourse. N’auriez-vous pas à votre tour envie d’un petit selfie ? Le Palais de la Bourse symbolise avec panache l’ancienne puissance économique et maritime de Bordeaux, son prestige et sa richesse ; il accueille toujours la Chambre de Commerce, et le discret et insolite musée national des douanes. Si les touristes s’y attardent et lui font faire le tour du monde via les réseaux sociaux, les habitants de la métropole qui ne font souvent qu’y passer, même pressés, y redressent un peu la tête : de toutes nos places, pas de doute, c’est celle qui inspire le plus de fierté…

Fontaine des trois Grâces à Bordeaux, place de la Bourse Photo : Nicolas Dumas

Psssst-scriptum…

À l’écart des itinéraires, les places les mieux cachées et les moins fréquentées sont pour vous les plus intéressantes ? Pour méditer sur un banc et contempler la fuite du temps : Palais Gallien et les vestiges de son arène romaine. Pour griffonner ses mémoires en terrasse loin du monde et se croire dans un village de campagne : la minuscule place Francis de Pressensé. Et pour faire son marché sans la foule, c’est rive droite le mercredi matin, Place Calixte Calmelle !

Vous aimez ? Partagez

Vous allez aimer

FAB Festival des Arts de Bordeaux Métropole
Culture Événement

Les super pouvoirs du FAB

Du 4 au 20 octobre, soyez attentifs lors de vos déambulations en ville car vous risquez de croiser des super-héros en balade, des artistes nomades en plein...

3 min de lecture

En panne d'inspiration ?

Laissez-vous guider...

Haut