Geolocalisez-moi
pour avoir les idées de sortie les plus proches

Déplacer

Zoomer

Art de vivre Top

Les cafés qui ont fait l’histoire de Bordeaux (tome 1)

Le centre de Bordeaux regorge de cafés (brasseries, restaurants…) qui ont une âme, une histoire, un héritage. Si vous avez soif et faim, vous pouvez tenter un petit marathon du bon goût. Ou plutôt étaler ça dans le temps, pour plonger à petite dose dans un passé encore très présent parfois. > Tome 2

par Jean-Luc Eluard

le 11/01/2019

Bar Castan

Le mythe de la grotte

Il y en a eu, des hauts et des bas. Dans les années 80, c'était du dernier ringard d'aller traîner dans ce troquet vieillot perdu sur les quais. Injuste, évidemment, et les amateurs de kitsch bravaient l'interdit pour profiter de ces rocailles invraisemblables qui rendent le Grand Bar Castan unique.

C'est en 1890 que naît l'endroit, de la volonté de Jean-René Castan, ancien capitaine de corvette et négociant en épices. Habile publiciste, le gars : il sait que son pedigree n'est pas commun dans le secteur de la limonade et il habille son bar pour faire rêver le client à ces ailleurs où il est censé être allé. En 1900, il confie à André Tournier le soin de créer le décor : une rocaille dont c'est la grande mode assure le spectaculaire.

Du ciment qui recouvre un maillage de bois, et le tour est joué, on est dans une grotte. À l'origine, il y avait même des fontaines qui sortaient des murs pour renforcer l'effet. Un pilier central en forme de palmier, des fresques murales, des mosaïques, des frises de coquillages... et pour couronner le tout, une marquise en verre polychrome qui inonde le lieu d'une lumière scintillante.

Larguez les voiles moussaillons, on est déjà en Papouasie !

Bar Castan - 2 Quai de la Douane, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 44 51 97 - site

 

Photo : Steve Le Clech

Le Noailles

Histoires de Homar(d)

Ici, le homard n'est pas à la carte mais dans l'histoire : Mme Homar, la fondatrice en 1932, n'était pas du genre commode. Elle s'installait à la table numéro 1 pour contrôler les plats à leur sortie de cuisine et tenir les serveurs à l’œil. A l'époque, il n'y avait pourtant qu'un seul plat à la carte, la choucroute, que François Mauriac venait régulièrement chipoter, lui qui avait ses habitudes ici.

Plus de Mauriac aujourd'hui mais toujours de la choucroute qui a été rejointe par toute une ribambelle de plats traditionnels et bien tenus. Normal pour un établissement qui se définit lui-même comme « la plus parisienne des brasseries bordelaises ». Un auto-compliment équivoque mais les fresques de Dauguet au mur, les miroirs, les banquettes de velours rouge et les tenues uniformes des serveurs viennent évoquer l'idée qu'on peut en avoir.

Chaban-Delmas appréciait autre chose : quand il avait à faire dans le coin, il entrait en trombe, saluait à la cantonade, allait aux toilettes et repartait aussi sec. Essayez un peu, pour rigoler...

Le Noailles - 12 Allées Tourny, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 81 94 45 - site

Photo : Dominika Urban

Café Napoléon 3

De quoi en faire un opéra

On dit que Richard Wagner aurait fréquenté le lieu discrètement, pour rencontrer une dame pendant que son mari... enfin bref, cette idylle bordelaise lui inspira celle de Siegfried. D'autant plus qu'elle se termina mal parce que le mari s'en aperçût.

Mais on peut imaginer qu'effectivement, un rendez-vous galant sous ces putti des boiseries, sur ces mosaïques au sol... ça devait avoir fière allure. Même si à l'époque, le café était plus récent puisqu'il date de 1841. Et qu'il est entré récemment dans l'association des cafés patrimoniaux et historiques d'Europe.

Le Napoléon 3 - 6 Bis Cours du 30 Juillet, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 81 52 26 - site

Photo : Café Napoléon 3 / Facebook

Brasserie l'Orléans

Stars et jours sombres

Le meilleur, c'est la brochette de stars. Mais elle n'est pas à la carte, elle est dans le livre d'or !

On y trouve tout ce qui fit le cinéma et le théâtre des années 50 aux années 80 et encore un peu de nos jours. Spectaculaire. Surtout pour une brasserie qui arbore fièrement sur son store son année de création : 1942. De quoi être heureux de cette continuité mais pas forcément de son origine : elle fut créée comme un établissement de luxe pour les officiers de la Kommandantur toute proche et de tous les joyeux organismes qui l'accompagnaient dans le quartier.

Depuis, les Michel Bouquet ou Danielle Darrieux ont un peu fait oublier cette histoire un peu glauque.

Brasserie l'Orléans - 36 Allée d'Orléans, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 00 50 06 - site

Photo : Brasserie l'Orléans / Facebook

Le Chapon Fin

Du bistrot de quartier au 3 étoiles

Attention, monument historique ! Au sens figuré comme au sens propre puisque le restaurant est classé Monument Historique. Pour une raison toute simple : la rocaille de la salle, créée en 1901 et l'une des plus spectaculaires de France.

À l'époque, on va encore plus loin : on laisse au centre de la salle l'un des platanes plantés ici au 18e siècle dans l'ancien couvent des Récollets. Il n'en reste aujourd'hui que la verrière et un certain raffinement qui date : le Chapon Fin fut l'un des 33 premiers restaurants classés trois étoiles par le premier guide Michelin en 1933. Grâce à Joseph Sicard, arrivé ici en 1898 et qui ne quitta les fourneaux qu'en 1960, le temps de changer en institution ce bistrot de quartier né en 1825. Au niveau de l'estomac, il n'y a que ce passé qui soit pesant...

Le Chapon Fin - 5 Rue Montesquieu, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 79 10 10 - site

Photo : Le Chapon Fin / Facebook

Le 1925

Le suranné relooké

Avant, la première chose qui vous accueillait était le magnifique lustre en cristal, brillant de mille feux au plafond, sorte de phare qui éclairait cette partie ombragée de la place des Quinconces. L'établissement s'appelait le Bistrot des Quinconces, le nom n'était pas original mais la décoration magnifiquement surannée était un décor de film.

Verres biseautés aux portes (ils sont restés), chromes et dorures, chaises inconfortables mais authentiquement bistrot, l'endroit avait quelque chose de rassurant et d'intangible. Depuis l'été 2018, il est devenu le « 1925 », le cristal a disparu, les chaises se sont faites confortables, les dorures sont plus discrètes : l'endroit vise désormais le côté « brasserie chic » mais les moulures au plafond gardent le goût de l'art déco.

Le 1925 - 4 Place des Quinconces, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 52 84 56 - site

Photo : Le 1925 / Facebook

Le Régent

L'ancienne frontière

Ce fut longtemps une sorte de check point, un point de passage entre deux mondes : en façade, l'entrée huppée donnant sur le Grand-Théâtre et le Bordeaux du Triangle d'Or. Et derrière, l'entrée populaire, donnant sur le quartier Saint-Pierre, à l'époque un peu canaille encore.

De fait, Le Comédie brassait deux populations, lui donnant un lustre usé des plus originaux. Désormais, le huppé a gagné tout le quartier et donc tout le bar. Si la déco a perdu un peu de son particularisme, sa terrasse donne encore sur l'un des plus beaux décors de la ville et il reste un mobilier imitation 19e de belle facture.

Le Régent - 52 Cours du Chapeau-Rouge, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 51 27 30 - site

Photo : Dominika Urban

La Belle Époque

Toujours jeune, le Vieillard

La Belle-époque parce que... hé bien, c'est à la Belle-époque qu'il est né. Un peu avant pour être vraiment pinailleur : l'hôtel de Nantes date de la moitié du 19e siècle et déjà, l'endroit était raffiné, l'un des premiers à accueillir l'éclairage électrique et un ascenseur.

Pour le septième ciel, c'est de courte durée : l'hôtel périclite et seul subsiste le restaurant qui a le bon goût de garder la décoration qui, elle, date de 1870. Une bonne idée que voilà, qui permet d'admirer béatement l'un des plus beaux décors de faïences Vieillard qui soit.

Faïence Vieillard du nom de la manufacture fondée par Jules Vieillard et qui allait rapidement se faire un nom dans le genre « haut de gamme de bon goût ». Et de fait, le décor floro-oiseleur d'inspiration vaguement persane fait facilement oublier qu'on est aussi venu ici pour manger.

La Belle Époque - 2 allées Orléans, 33000 Bordeaux - Tél : 05 56 79 14 58 - site

Photo : Dominika Urban

Vous aimez ? Partagez

Vous allez aimer

En panne d'inspiration ?

Laissez-vous guider...

Haut