Organiser & réserver une escapade

Programme du week-end
Micro-aventures, rando & vélo
Visites guidées et excursions
Pensée sauvage
Friche Niel / EDA Picto info
crédit : EDA - http://www.eda.graphics/
3 min de lecture

Pensée sauvage

Le plus souvent, les friches ont mauvaise réputation. Elles véhiculent une image d’échec, de désordre, de négligé ou d’abandon. C’est un tort, car elles sont sources d’une incroyable biodiversité et porteuses de nécessaires zones de respiration dans le joyeux tumulte citadin. Décryptage en compagnie de Philippe Richard, le directeur du Jardin Botanique de Bordeaux.

par Anna Maisonneuve

publié le 20 juin 2018

Au fait c’est quoi une friche exactement ?

C’est un terrain qui au départ est nu. Cette nudité peut avoir plusieurs raisons. Cela peut être un endroit qu’on a déblayé pour faire un aménagement et qui par divers concours de circonstances est resté comme ça. Cela peut également être un lieu où ce qui avait été construit a été démoli ou encore un espace anciennement occupé par une activité industrielle comme une carrière qui a été laissée à l’abandon.

Voilà, en somme c’est un endroit qui va partir d’un niveau zéro

friches crédit : EDA - http://www.eda.graphics/

Et ensuite, que se passe-t-il ?

Avec le temps, des végétaux se mettent en œuvre et puis petit à petit ces végétaux vont produire de la matière organique qui va elle-même s’accumuler. Un petit sol de faible épaisseur va se former et puis augmenter. La végétation va grandir, se diversifier. On va avoir des herbes, des plantes, des arbustes, des buissons, des arbres,...

Plus cette nature est riche, en terme de diversité et de nombre d’espèces, plus il y a de chance que le reste suive : la faune entomologique (les insectes), les autres animaux et bien entendu toute la vie biologique que constituent la microfaune et la microflore du sol.

friches crédit : Sophie Dubosc

En quoi ces espaces sont précieux en ville ?

Car ce sont des réservoirs de vie. Et que nous, pauvres humains nous avons besoin de ça pour notre équilibre. Pour des choses très pratiques comme la pollinisation et aussi pour des raisons un petit peu moins visibles comme la dégradation de la matière organique qui produit des substrats nécessaires à la vie d’une multitude d’êtres vivants.

La vie c’est un cycle. Et les friches contribuent à rétablir l’équilibre que la vie urbaine a déséquilibré. A la manière de l’arbre qui restaure l’atmosphère par ses échanges gazeux, les friches font ce travail sur l’ensemble des paramètres vitaux.

friches crédit : EDA - http://www.eda.graphics/

Vous estimez à combien le nombre de friches à Bordeaux ?

Je n’estime plus à rien du tout parce que ça change tout le temps. Dans les années 2010-2011, on a fait une estimation. Il y avait entre 10 et 15 % du territoire de la commune bordelaise qui était non-occupé par des constructions, mais à l’époque on n’a recensé que les espaces de plus de 2000 m².

Aujourd’hui, leur nombre a drastiquement baissé. Tout ça est en perpétuel mouvement, mais en revanche ce qui est certain, c’est qu’il en disparaît bien plus qu’il ne s’en crée.

friches crédit : ville de Lormont

Vous pensez qu’en France on est en retard sur la question, comparé à d’autres pays comme l’Allemagne par exemple avec à Berlin cet aéroport de Tempelhof qui a été transformé en parc urbain ?

Je ne suis pas sociologue. Je suis biologiste, mais il est vrai qu’un certain nombre de villes dans le monde, je pense à l’Allemagne et au Canada, ont pris conscience du fait qu’il fallait laisser des espaces vides dans l’agglomération. Ce n’est pas forcément l’état d’esprit en France.

Mais même dans l’Hexagone, toutes les villes ne sont pas à égalité. Certaines ont pensé ces zones, comme Nantes, d’autres les ont oubliées. Moi, je n’appelle pas ça des friches ou des espaces ‘naturels’, j’appelle ça des espaces de respiration, à savoir des endroits où on prend le temps.

Selon moi, une ville n’est vivable que s’il y a une proportion d’espaces de respiration suffisante. Bordeaux Métropole a un enjeu pour les 30 prochaines années et il ne faut pas rater le coche.

friches crédit : EDA - http://www.eda.graphics/

Que conseillez-vous ?

On devrait regarder de manière favorable toute installation spontanée de la végétation. Au lieu de penser à tout arracher pour faire propre. Il faut changer le regard sur l’émergence de ces manifestations en territoire urbain.

Pour moi, c’est la première chose à laquelle il faut s’attacher. Ce qui serait intéressant, c’est que la collectivité pense à reconnaitre à certains endroits leur qualité biologique. Ces interstices ne doivent pas forcément être grands, mais on peut en faire des espaces publics comme des parcs de proximité ou des zones à traverser.

friches photo : Clément Pamelard

Nos derniers articles

À vos agendas !

Cercle polar

Cercle polar

Du 18/03/2020 au 20/10/2021
Médiathèque du Bois fleuri
En savoir plus
FAB

FAB

Du 01/10/2020 au 23/10/2021
FAB
En savoir plus
Prix littéraire adultes « Des mots d’ailleurs »

Prix littéraire adultes « Des mots d’ailleurs »

Du 02/03/2021 au 09/10/2021
Chateau Palmer
En savoir plus

À vos agendas !

Voir tout l'agenda
Du 18/03/2020 au 20/10/2021
Médiathèque du Bois fleuri
En savoir plus

À vos agendas !

Voir tout l'agenda

FAB

Du 01/10/2020 au 23/10/2021
FAB
En savoir plus

À vos agendas !

Voir tout l'agenda
Du 02/03/2021 au 09/10/2021
Chateau Palmer
En savoir plus
Rejoignez la communauté !

Vous avez la bougeotte le week-end et soif d’aventures toute l’année ? Restons en contact ! Chaque semaine, on vous envoie les meilleures idées pour voyager ici !

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

*Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer les lettres d'information d'Un Air de Bordeaux. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.