Nature À voir

L’Ecosite du Bourgailh – Un univers végétal fascinant

L’écosite du Bourgailh à Pessac abrite une impressionnante collection de plantes tropicales et subtropicales venant des forêts et des déserts du monde entier. Visite des serres en compagnie du conservateur Jean-Pierre Pelegry.

par Thomas Dusseau

le 28/03/2018

@thomasdusseau

5 raisons de découvrir l'écosite du Bourgailh

Un tout nouveau bike-parc vient d'être inauguré et fait désormais le bonheur des cyclistes et amateurs de VTT

Venez passer une nuit insolite en pleine forêt. Le Bourgailh abrite l'un des dix refuges périurbains de la Métropole : le tronc creux.

Profitez d'une vue panoramique grâce au belvédère, l'emblème du parc.

Faites le plein de graines pour le printemps. L'écosite dispose d'une grainothèque pour partager vos semences.

Initiation à l’ornithologie, fabrication de cosmétiques au naturel, Qi gong... Un programme d'animations qui fait le bonheur des amoureux de la nature, mais pas que !

C’est un homme passionné, à qui l’on doit aujourd’hui la plus grande collection de plantes tropicales et subtropicales de la région Nouvelle-Aquitaine, avec plus de 3500 plantes et de 1000 espèces, présentées sous l’immense serre de 1300 mètres carrés du site du Bourgailh, à Pessac.

photo : Bordeaux Métropole

Un univers végétal étonnant et fascinant auquel Jean-Pierre Pelegry, 63 ans, est particulièrement attaché. Et pour cause.

« C’était ma collection privée que j’ai réalisée pendant plus de 40 ans. J’avais commencé avec des bégonias et des passiflores et puis la ‘‘maladie’’ a fait que je me suis retrouvé envahi de plantes », explique-t-il avec le sourire.

photo : Thomas Dusseau

Après avoir géré pendant quelques années une serre privée, sur la commune de Cadaujac, cet horticulteur de formation avait fait don de sa collection à la ville de Pessac. C’était en 2000. A l’époque, la serre était chauffée grâce à d’importantes installations de captage du biogaz (issu de la décomposition des déchets) sur la colline qui avait accueilli la décharge communautaire de l’agglomération bordelaise entre 1981 et 1991.

« Au fil des années, les émanations de biogaz ont été limitées et la serre est aujourd’hui chauffée grâce à une chaudière à bois, avec des pellets qui sont issus des forêts de la Nouvelle-Aquitaine », précise-t-il.

photo : Mélanie Tammeveski

Des besoins très différents

Cactus mexicains, bégonias, plantes carnivores, orchidées, baobabs, agaves, frangipaniers… La serre présente des plantes de toutes les forêts tropicales et des déserts du monde.

« On a aussi des plantes succulentes. Cela ne veut pas dire qu’elles sont bonnes à manger mais qu’elles sont grasses et pleines d’eau », explique Jean-Pierre Pelegry.

« Elles ont des tissus qui sont remplis d’eau pour leur permettre de tenir les périodes sèches et très chaudes », poursuit Maxime Le Rouzic, son jeune collègue, lui aussi passionné par toutes ces plantes dont il faut prendre le plus grand soin.

photo : Bordeaux Métropole

« C’est un peu la difficulté. Dans un seul endroit non cloisonné, on a des plantes qui ont des besoins complètements différents.

Il y en a certaines qu’il faut arroser copieusement, d’autres non, certaines qui ont besoin de beaucoup de soleil, d’autres que d’ombre », explique-t-il sous le tillandsia, une plante épiphyte qui se développe sur le continent américain, où elle pend notamment aux branches d’arbre.

photo : Thomas Dusseau

Jean-Pierre Pelegry, lui, considère presque les plantes comme ses « enfants » qu’il a fait naître et vu grandir.

« On s’en occupe, on les arrose, on les soigne, on les taille, on les attache, on fait tout ce qu’on peut pour les présenter au mieux de leur forme, qu’elles soient jolies », assure-t-il.

« Elles se sont adaptées pour vivre dans  des milieux extravagants, elles ont des formes curieuses, étranges, des floraisons plus ou moins spectaculaires. C’est une grande richesse, c’est ça qui me plait ».

photo : Thomas Dusseau

Plantes des milieux extrêmes

A l’extérieur, le duo s’occupe également d’un potager pédagogique, ouvert au public pendant la saison d’ouverture du site, entre avril et octobre. Selon les périodes de l’année, on y trouve notamment des tomates, des courges, des haricots, des plantes aromatiques.

« Cette année on va présenter des légumes un peu hors du commun, avec des couleurs et des formes originales que l’on n’a pas l’habitude de voir. Des aubergines oranges, des courges triangles et bleues, des concombres serpents. Il y aura de l’originalité », annonce Maxime Le Rouzic, sans tout révéler.

photo : Mélanie Tammeveski

Un mercredi par mois, il proposera également une visite guidée de la serre pour permettre au public de découvrir les plantes, de les sentir, de les toucher ou donner de précieux conseils aux jardiniers, expérimentés ou en herbe. Comme chaque année, une exposition thématique sera également visible devant la serre, avec une présentation des plantes qui vivent dans des milieux extrêmes, très secs, très humides, très sombres, dans le sable ou encore le froid.

« On reconstitue les milieux pour montrer comment les plantes se sont adaptées à ce milieu-là », explique Jean-Pierre Pelegry, qui attend le public le week-end du 14 et 15 avril pour le Printemps du Bourgailh qui marquera l’ouverture de la saison.

 

photo : Thomas Dusseau

Adresse et contact

Ecosite du Bourgailh à Pessac
Renseignements :  05 56 15 32 11
www.bourgailh-pessac.fr

Calendrier d'activités 2018

Accès

Tram B Terminus Pessac Alouette France, Bus 4 « Magonty » et 23 « Romainville » arrêt Beauséjour

Horaires d'ouverture

DU 15 AVRIL AU 1er OCTOBRE 2017

Du mercredi au vendredi - 14h-19h30
Samedi, dimanche et jours fériés - 12h30-19h30

DU 2 OCTOBRE AU 5 NOVEMBRE 2017

Mercredi, samedi, dimanche et jours fériés - 14h-18h30

Vous allez aimer

printemps à Bordeaux activités
Nature À faire

Pour un printemps en pleine nature à Bordeaux – 12 sorties et bons plans

Le retour des beaux jours vous donne des envies de chlorophylle ? Demandez le programme ! La métropole regorge de parcs, de jardins, d’oiseaux et de passionnés...

3 min de lecture

En panne d'inspiration ?

Laissez-vous guider...