Geolocalisez-moi pour avoir les idées de sortie les plus proches
Culture Rencontre

Les fabuleux murs de Monkeybird

Monumentaux et minutieux à la fois, les fresques du collectif de street-art Monkeybird s’affichent fièrement sur les murs de la métropole bordelaise. Leur performance sur l’un des piliers de la Patinoire de Mériadeck (2016) et le petit musée à ciel ouvert qu’ils ont réalisé sur le campus de Pessac (2014) ne sont pas passés inaperçus. Depuis, leur aventure urbaine s’est transformé en projet artistique d’envergure internationale qui ne se contente plus des murs de la ville.
Rencontre avec les deux artistes, anciens étudiants à l’école de design et d’arts appliqués Créasud.

par Mélanie Tammeveski

le 25/12/2017

@m_tammeveski

localtrips_bdx

Ce qui frappe dans vos œuvres, c’est cette minutie et le soin apporté au moindre détail. Vos œuvres, souvent monumentales (patinoire Mériadeck), sont-elles toutes réalisées à la main ?

Oui ! Nos œuvres sont toujours réalisées à la main, du dessin à la peinture, en passant par la découpe, nous aimons le détail et la précision. Nous sommes fiers d'être artisans et de travailler avec le savoir-faire des outils manuels, qu'il s'agisse d'un petit tableau ou d'une peinture murale monumentale.

Quel est votre secret pour ne pas perdre la patience dans ce travail d’orfèvre ?

Il n'y en pas... Nous sommes très impliqués dans notre travail, la dynamique de duo nous permet de ne jamais perdre le rythme, et nous essayons d'être bien organisés afin de ne jamais perdre le fil. Il s'agit d'une démarche équilibrée entre la passion et le professionnalisme.

photo : Sophie Dubosc

Lorsque vous travaillez dans l’espace urbain, vos œuvres sont exposées aux intempéries. La notion de l’éphémère est-elle voulue ou y a-t-il une astuce pour les conserver le plus longtemps possible ?

Nous aimons que notre travail soit monumental et réalisé avec des moyens techniques modestes. Toutes les peintures sont éphémères, à moins qu'elles ne soient conservées précieusement en musée. C'est pour cela que le travail du tableau reste indispensable pour la mémoire des artistes.

Pochoirs, gravures, linogravures, collages…vous multipliez les techniques en fonction des différents supports. Quelles sont vos expérimentations actuelles ?

Nous avons notre propre savoir-faire en matière de dessin, pochoir, composition, avec quelques modestes connaissances dans le travail du bois et de la gravure. Nous travaillons actuellement avec des artisans spécialistes de la reprographie, un maître graveur sur bois nommé JM Picard, et l'imprimerie "Idem", spécialiste de la lithographie, qui a travaillé avec les plus grands (Chagal, Matisse, Picasso...)

photo : David Remazeilles

D’où tirez-vous votre inspiration et comment définissez-vous votre univers iconographique ?

Nous puisons notre univers de l'imaginaire collectif, en nous spécialisant sur le symbole et son influence au travers des âges. Notre travail est donc un héritage du courant Symboliste. Hormis leurs qualités esthétiques, les symboles sont profondément ancrés dans le psychisme de l'individu et dans les cultures des sociétés. Il permet de mieux comprendre l'histoire des civilisations.

Votre collectif a le vent en poupe, vous enchaînez les projets internationaux et expositions en galerie. Cela vous laisse-t-il le temps de travailler dans la rue, de manière « traditionnelle », sans commande ou public invité ?

Nous sommes très demandés en ce moment, mais nous restons attachés aux valeurs de l'art public, en réalisant des fresques monumentales à la portée de tous et en collaborant avec de nombreuses institutions ouvertes au public, qui permettent la bonne conservation des œuvres et un remarquable travail de médiation. Le travail de rue est toujours passionnant et nous y pensons dès que nous avons le temps... C'est rare en ce moment...

photo : pôle magnetic

A Pessac, on peut admirer plusieurs de vos œuvres sur les murs du campus. Pendant ce travail réalisé dans le cadre du Festival Vibrations Urbaines en 2014, quelles étaient les réactions des étudiants ?

Les étudiants étaient comme nous, plutôt discrets lors de la réalisation. C'est une fois que nous nous sommes effacés qu'ils ont pu s'approprier notre travail. Aujourd'hui nous pouvons sentir que c'est pour eux une fierté, car cela donne une identité forte à l'université d'Arts et Lettres. Nous sommes heureux qu'il y ait ce petit musée à ciel ouvert à Bordeaux, nous avons régulièrement des retours positifs et c'est toujours un plaisir !

Y a-t-il des affinités avec d’autres street-artistes de la Métropole ?

Nous avons quelques amis et de bons contacts avec les autres artistes, mais nous sommes très indépendants. Aujourd'hui nous sommes basés à Paris, nous aimons le contact humain, mais préférons rester un peu secrets...

 

photo : Sara Soulignac

Parmi vos projets réalisés dans la Métropole bordelaise, lequel était le plus exigeant/intéressant ?

Le Mur du Gymnase des Chartrons en Octobre 2016, organisé par l'association Pôle Magnetic, était notre projet le plus monumental à Bordeaux. C'est un très grand mur, que nous avons élaboré avec soin aux côtés de notre ami Calligraphe Said Dokins venu du Mexique à l'occasion de cette grande peinture à 6 mains. Cet événement restera pour nous majeur et inoubliable.

photo : Monkeybird

Les deux artistes sont sont fiers d'avoir récemment mené des projets aux Etats Unis, une expo à New York et une à Los Angeles. En octobre 2017, la galerie Brugier Rigail leur a consacré une solo-show à Paris.

crédits vidéo : MonkeyBird - Encensoir - Mai MMXVI
Production: Pôle Magnetic
Images: Slapzine & Tech' Bât Ingénierie
Son: IRB - Tomorrow - Banzaï Lab
Avec le soutien de la Mairie de Bordeaux, du fabricant de peinture Unikalo et de la société Axel Vega.

Vous allez aimer

FAB Festival International des Arts de Bordeaux
Culture Actus

Le FAB pour les Nuls (ou du moins ceux qui pensent l’être)

3 semaines, 3e édition, 33 lieux et 30 spectacles : le FAB pose ses artistes aux quatre coins de la métropole bordelaise du 5 au 24 octobre 2018. Décryptage...

4 min de lecture

En panne d'inspiration ?

Laissez-vous guider...